Le vin…

c’est quoi en fait?

Voilà l’exemple typique des questions basiques que l’on n’osera jamais poser. Le vin, c’est quoi ? Au-delà d’une substance liquide aux qualités organoleptiques particulières (« Hein ?!? »), le vin c’est un monde. Et c’est un monde passionnant. Si, si on vous le promet… Venez-voir ! Si la réponse à cette question était évidente, il y aurait peu de chances pour qu’une communauté de fadas se soit développée et porte de vigoureux débats agrégeant connaissance de la géologie, de l’histoire locale, des facultés gustatives et de vieux souvenirs poussiéreux ! Alors… le vin, ça vient d’où? Le vin, ça résulte de quoi? Le vin: naturel ou artificiel ? Aïe, aïe, aïe. Ni l’un ni l’autre. Dans les faits, le vin est un produit issu de la nature, c’est certain. Ce n’est pas un produit transformé. Mais le jus de raisin, sans l’action de l’Homme, devient du vinaigre. Le vin, c’est donc – dans son essence –  une matière naturelle sublimée par le savoir et la technique humaine.  Les étapes de « fabrication » d’un vin sont nombreuses et offrent donc autant de paramètres à prendre en compte lors de la dégustation du produit final : la qualité géologique du sol où pousse la vigne, le cépage choisit par le vigneron, la manière qu’a ce dernier de soigner la vigne, le moment de la récolte, le tri des raisins, le temps de macération, le bois et la « chauffe » des barriques utilisées, la longueur de l’élevage en barrique et enfin la mise en bouteille et sa garde associée avant ouverture… Le vin que l’on goûte est donc la résultante de tous ces paramètres grossièrement présentés ici, mis bout à bout dans la recherche d’un équilibre parfait des arômes. Ce travail, ou plutôt cet Esprit, est propre à chaque vigneron. Certains préfèrent mettre les fruits en avant par « tous » les moyens, d’autres favorisent des cultures raisonnées ou bio, d’autres un style puissant porté sur le bois ou bien l’acidité sur les blancs… Autant de variation qui méritent de s’attarder et de s’intéresser au travail fourni par chaque domaine. Mais le vin, c’est aussi ce que l’on voit. Une bouteille, une étiquette, une appellation, un domaine. Pour tenter d’établir un pied d’égalité, et pour normaliser production et consommation, les autorités ont au fil du XXème siècle défini des normes et labels. La plus importante d’entre eux ? L’AOC : l’Appellation d’Origine Contrôlée. Elle vous permettra dès la première lecture de comprendre d’où vient le vin, et donc de rapidement définir une esquisse des attentes que vous aurez de cette bouteille. Tout, des notions imprimées sur l’étiquette, à la forme de la bouteille en passant par la quantité d’alcool au litre, tout est contrôlé. Le vin, c’est donc aussi un bien de consommation standardisé. La magie qui nous passionne chez Vinocratie, c’est la liberté qui existe au milieu de toutes ces contraintes. Et surtout la capacité de vigneronnes et vignerons à l’utiliser pour dépasser des cadres de plus en plus strictes. De cette alchimie obscure alliant Nature, Technique et Savoir émerge sous les contraintes administratives et hygiéniques des produits uniques et surtout authentiques. Et ça, nom de nom, c’est beau !

Comment en apprendre plus? Retrouvez les infos, et surtout faites-vous un avis en vous abonnant à la Box des Vinocrates!   

Laisser un commentaire