Qu’est-ce qu’un bon vin ?

Dure question ! Insoluble diront certains ! Mais chez Vinocratie, on aime les challenges. Et on a une vision. Alors accrochez-vous !

La difficulté de donner une réponse claire à cette question réside essentiellement dans le fait que l’appréciation d’un vin dépend plus d’une grille de lecture relative propre à chacun qu’aux qualités du vin lui-même. « Mais qu’est-ce-que ça veut dire ce truc ? » : En fait, un même vin, considéré comme bon d’après les critères évidents et absolus d’un produit alimentaire (il n’est pas périmé, il est bien rouge et liquide comme indiqué sur l’étiquette, il n’est pas servi à 35° etc..), ne plaîra pas pour autant à tous. Une fois cette porte ouverte enfoncée, venons-en au dur du sujet. Un critère clé sépare le bon vin du grand vin : le vin plaît-il universellement ? Tous les dégustateurs sont-ils unanimes, avec des avis similaires sur plusieurs critères ? Si oui, vous avez une pépite ! Ce sont ce genre de vins que nous, Vinocrates, cherchons à vous présenter. Et bonne nouvelle ! il en existe pour tous les budgets. Ces vins-là sont drapés de la félicité de St-Vincent, patron des vignerons, qui paie en arômes le savoir-faire des vignerons consciencieux, passionnés et dévoués à leur terre. Mais attention ! un vin qui ne fait pas l’unanimité peut tout de même être bon. Soit parce qu’il correspond à des attentes, des critères clés sur d’une appellation ou d’un climat, soit parce qu’à l’inverse, il sait surprendre ! C’est là que le bât blesse et que le biais de la grille de lecture entre en jeu… Triste sort, l’appréciation d’un vin souffre avant tout du passé de dégustateur de chacun. Habitué à des Vins du Sud-Ouest puissants, rapeux et charnus, le Pic Saint Loup des frères Ravaille (envoyé dans le premier coffret) vous paraît trop gourmand, trop fruité ? Il opposera forcément une certaine déception… mais le vin n’est-il pas pour autant bon ? Notre vision est que les bons vins résident surtout dans l’ouverture d’esprit et la curiosité de chacun. Les goûts originaux, les cépages oubliés, le travail différent d’un vigneron sont autant de facteurs qui, en complexifiant le monde du vin, lui confère une beauté toute particulière. Chaque cuvée, chaque note de fruit a une histoire. Ecrite par une ou plusieurs générations de vignerons, de géologie résultante de millions d’années d’évolution, cette histoire se révèlera à vous et vous permettra d’apprécier. Apprendre d’un vin, c’est comprendre la complexité dont il émerge et mettre en perspective ses qualités gustatives. La beauté du monde viticole, c’est d’allier terroir, travail humain et contexte de dégustation pour permettre la plus belle expressivité. Enfin, un même vin dégusté en conditions différentes ne goutera pas de manière identique. Le vin, c’est toute une convivialité. Une bouteille ouverte autour d’un dîner entre potes ou de famille ne sera que meilleure. La tradition d’ouvrir de grands vins lors des évènements marquant tient plus à une volonté de valorisation du potentiel d’une certaine bouteille que d’impressionner la galerie. Ce facteur n’est pas quantifiable, mais il vaut tout l’or du monde. La réponse à la question posée peut paraître vague. Mais il existe des pierres angulaires qui vous assureront de définir ce qu’est un bon vin :
– Un vin qui se boit bien, avec plaisir.
– Un vin qui fait plaisir à vos convives.
– Un vin travaillé par un passionné, respectueux de la terre, acceptant de travailler la qualité à défaut de la quantité.
– Un vin qui n’est pas vendu trop cher par rapport aux autres. L’enjeu économique ne peut supplanter l’enjeu gastronomique.
– Un vin original qui vous secoue ou à l’inverse, un vin réglé comme une horloge qui vous conforte. … et physiquement, le bon vin, le bon « glouglou », au « coefficient de buvalité » élevé, c’est celui qui vous fait – littéralement- saliver. Et, nous on aime ça. On aime tellement ça qu’on veut vous les présenter. Ne tardez plus et succombez à la box des vinocrates!

Laisser un commentaire